Votre panier

Les propriétés antiépileptiques des acides gras C8 et C10

Jean-Philippe par Jean-Philippe Leclère le

En bref

  • L'huile MCT est utilisée pour le contrôle des épilepsies résistantes aux traitements dans une version modifiée du régime cétogène.
  • L'efficacité de l'huile MCT fut initialement attribuées aux cétones.
  • Les scientifiques pensent maintenant que les acides gras C8 et C10 agissent en synergie au niveau des neurones.

En partant du principe que les triglycérides à chaîne moyenne étaient plus cétogéniques que ceux à chaîne longue (Schön et al., 1959), le docteur Huttenlocher propose en 1971 une variante du régime cétogène à base d'huile MCT pour soigner les patients atteints d'épilepsie.

Ce régime inclut une part importante d'huile MCT dans les apports quotidien de matières grasses.

Il permet d'atteindre un rapport cétogène d’environ 1,2:1 avec une efficacité comparable au régime cétogène classique 4:1. En d'autres termes le régime permet une meilleure tolérance aux glucides et aux protéines. Le patient ayant accès à plus de variétés de légumes, de fruits, les problématiques de carences alimentaires sont moins présentes.

Des publications récentes apportent quelques éléments de réponse sur l'efficacité des acides gras de l'huile MCT sur le statut épileptique.

En 2013, une équipe située à Londres a montré pour la première fois que les acides gras de l'huile MCT possédaient un effet anti-épileptique propre 15 (indépendant de l'état de cétose). Des tests in-vitro et in-vivo ont démontré qu'ils étaient plus efficace que le Valproate, possédaient un effet neuro-protecteur supérieur avec un effet sédatif moindre.

Une équipe de la Maria Curie-Skłodowska University de Lublin (Pologne) a étudié l'effet antiépileptique des acides gras à chaîne moyenne C8 et C10 sur les souris 16. Selon les résultats de cette étude l'acide caprique (C10) exerce un effet dose-dépendant. Son efficacité est renforcée lorsqu'il est associé à l'acide caprylique (C8).

La seconde étude, publiée dans la revue Brain, fait état d'expérimentations in vitro sur des cellules animales d'hippocampes qui ont démontré un effet antiépileptique de l'acide caprique (C10) par l'inhibition du récepteur AMPA 17.

Dans cette publication les nombreuses hypothèses soulevées montrent qu'il y a encore beaucoup à apprendre sur les mécanismes par lesquels les acides gras agissent sur l'équilibre du cerveau.